Le langage inclusif progressivement intégré dans Bodyguard

Pour maintenir un haut niveau de performance et d’intelligence contextuelle, les outils de modération automatique doivent tenir compte de l’évolution de la langue. L’intégration de la plupart des pronoms inclusifs dans son dictionnaire va permettre à Bodyguard de mieux protéger la liberté d’expression en ligne des utilisateurs non binaires.

L'équipe Bodyguard

L'équipe Bodyguard

Pronoms inclusifs et langage non genré : de nouveaux usages

En novembre 2021, et comme chaque année, le Petit Robert annonçait l’ajout de plusieurs dizaines de références dans sa nouvelle édition. Un invité inattendu se glissait toutefois dans la promotion 2022 et causait une certaine surprise : le néopronom personnel inclusif « iel » – également déclinable en « iels », « ielle » ou « ielles ».

Tout comme la fameuse orthographe inclusive, reconnaissable à l’usage du point séparateur entre le masculin et le féminin, les nouveaux pronoms ont pour objectif de favoriser un nouveau vocabulaire non genré. Il s’agit notamment d’offrir aux personnes non binaires – ne se reconnaissant ni dans le masculin, ni dans le féminin – une manière neutre de décrire et faire comprendre leur réalité.

Pronoms inclusifs : un sujet sensible pour les modérateurs

Les nouvelles formes de langage inclusif, non validées par les autorités publiques ou l’Académie française, peuvent bien sûr faire l’objet de critiques constructives et dans le respect de la liberté de parole de chacun.

Souvent, toutefois, ces sujets sensibles sont aussi l’occasion de dérives sur les réseaux sociaux et les espaces de discussion des plateformes : harcèlement, sexisme, homophobie… Les modérateurs sont typiquement en première ligne pour gérer et affronter cette toxicité.

Quels sont les néopronoms reconnus par Bodyguard ?

La technologie de modération automatique Bodyguard fait évoluer ses modèles linguistiques ! L’analyse contextuelle et fine des commentaires en ligne permet désormais de reconnaître certains nouveaux usages inclusifs, dont les locutions et pronoms suivants :

  • iel, iels

  • ielle, ielles

  • qu’il, qu’ielles

  • ellui, elleux

  • celleux

  • touste

  • lia, lea, lo...

Bodyguard intègre et comprend le langage inclusif

Réseaux sociaux, plateformes de contenus, grandes marques… Tous les professionnels offrant un espace de parole libre sur Internet peuvent être confrontés à des commentaires toxiques, notamment lorsque le sujet délicat de l’inclusivité est abordé.

Bodyguard.ai est une solution puissante et performante de modération automatique des commentaires. L’outil conjugue sa capacité à filtrer instantanément des centaines de milliers de messages avec une véritable capacité d’analyse. Il peut ainsi distinguer les commentaires toxiques des contenus normaux en fonction du contexte de la discussion.

La technologie Bodyguard apporte aux hébergeurs de contenus :

  • Une prise en compte automatique des enjeux liés aux nouvelles expressions de genre et aux autres évolutions de vocabulaire par une équipe dédiée de linguistes professionnels ;

  • Un outil intelligent, spécialisé dans le traitement du langage naturel (natural langage processing ou NLP) et non naturel (unnatural langage processing) ;

  • Un scan de tous les contenus potentiellement indésirables (spams, publicités intempestives, insultes…) ;

  • Une modulation selon cinq niveaux de modération, pour adapter plus finement la réponse à apporter en fonction de chaque situation ;

  • Un taux de détection de 90 à 95 % des contenus toxiques.

***

L’utilisation des pronoms inclusifs peut générer des réactions très négatives et parfois toxiques sur vos réseaux sociaux et espaces de commentaires. Appuyez-vous sur un outil de modération comme Bodyguard pour prendre en compte ces évolutions linguistiques.

Les trois points-clés à retenir :

  • Les néopronoms inclusifs, type « iel » ou « ielle », se diffusent progressivement dans les usages ;

  • Bodyguard anticipe cette évolution en intégrant ces nouveaux mots dans sa base linguistique ;

  • Cette mise à jour facilite l’exercice de la liberté d’expression de chacun, en identifiant plus vite insultes ou harcèlement.